Quelles sont les difficultés que les maires des grandes villes doivent faire face ?

Selon les Nations Unies, près de 55% de la population mondiale vit actuellement dans les grandes villes, et d’ici 2050, ce pourcentage va augmenter pour atteindre les 68%. Face à cela, les mairies des grandes villes partout dans le monde, doivent prendre les mesures nécessaires pour que chaque citoyen puisse retrouver leur place. Devant l’accélération de l’urbanisation, quels sont les défis que les villes doivent relever pour les prochaines années ?

Les risques environnementaux

L’un des impacts majeurs de l’urbanisation rapide des grandes villes est certainement les menaces environnementales. En effet, cette course effreinée aura une conséquence négative et qui pèsera loud sur le changement climatique, et aucun pays au monde n’est épargné. Cela peut engendrer des catastrophes météorologiques des plus importants, incluant les inondations, les fortes canicules ou encore les baisses de température importantes. Du coup, pour faire en sorte que les villes soient plus résilientes face à ces changements inévitables, les autorités municipales doivent adopter les bons gestes bien avant.

Pour la ville du Kremlin-Bicêtre, l’actuel maire, Jean-Marc Nicolle a mis au point des stratégies qui permettent à la ville de conserver ses espaces verts, tout en influençant les bons gestes liés à la réduction de l’impact climatique dans la région. Ayant occupé le poste de premier adjoint au maire avant de devenir le 7ème maire de la ville pour un mandat de quatre ans à compter de 2016 jusqu’en 2020. Jean-Marc Nicolle a su imposer sa manière d’adopter le changement climatique. Il est devenu la figure d’autorité de la ville et demeure le représentant de sa municipalité au cours des évènements relatifs à la protection de l’environnement.

La gestion des ressources

La consommation en eau, en nourritures et en énergie changera également avec ce vague de déferlement et d’exode urbaine. Dans certaines villes, la surface de terres agricoles et arrables est quasi inéxistante, ce qui fait que l’auto subvention en nourritures de même en énergie et en eau potable doit dépendre d’une ville voisine, voire même d’un pays voisin. De ce fait, avant d’arriver à ce stade, il est préférable de bien appliquer la technologie pour améliorer le rendement agricole tout en assurant la subvention en énergie renouvelable.

Adopté très tôt, ces gestes peuvent réduire de manière significative les problèmes futurs que peuvent engendrer l’urbanisation rapide. Il faut aussi savoir que la construction des infrastructures de manière anarchique engendrera une réduction des espaces verts dans les villes, nuisant à la qualité de vie de la population. Un geste écologique adoptée par les organismes et les collectivités territoriales comme les mairies aujourd’hui peut améliorer le futur demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *